les minuscules

<

la blanchisserie
 
Il est 5h30. Elle n’a pas besoin de regarder le cadran de son réveil, il est toujours 5h30 lorsqu’elle se réveille. Elle aime le tout petit matin. Elle se sent privilégiée, entourée des éboueurs, des chauffeurs de bus, des boulangers. Depuis sa fenêtre, elle les regarde, une tasse de Nescafé à la main. Il n’est pas bon ce café, mais elle s’y est habituée. Elle se regarde dans le reflet de la vitre. Ses cheveux blancs sont en ordre dans une queue de cheval bien serrée, mais son pull bleu ciel est un peu froissé, elle tire dessus. Presque net. Elle se sourit, elle s’autorise enfin des vêtements presque repassés, son petit plaisir. Elle aurait voulu repasser encore un peu pourtant, au moins jusqu’à la retraite. Elle a modifié ses horaires votre pressing de 7h à 19h, elle a fait des promotions rabais de 50% pour votre dixième costume, elle a même ajouté des babioles dans la vitrine. Rien n’y a fait. Alors, elle a vendu.
Elle passe tous les jours devant son ancien pressing. Elle observe les travaux en cours. Elle n’a rien osé demander, elle essaie de deviner en guignant à travers les bâches. Mais aujourd’hui, il n’y a plus aucun doute ; ce sera un café. Elle espère qu’il ouvrira très tôt.
 

 

>