les minuscules

<

la réunion
 
Il ferme la portière, agrippe le volant. Il ne comprend pas. Pourquoi a-t-il cédé ? Pourquoi aujourd’hui ? Des mois que cette salope le cherche, pourquoi craquer aujourd’hui devant le patron, pourquoi lui faire ce plaisir ? Il tape sa tête contre le cuir.
Il ne l’avait pas vue venir, il ne s’était pas méfié lorsque cette analyste mal fagottée s’était installée dans le bureau mitoyen. Il avait surveiller le moindre de ses gestes avec la magnifique stagiaire de ce pervers de Durant, il avait observé les performances de Chantal comme le lait sur le feu, mais d’elle, il n’avait tout simplement pas imaginé que le moindre danger puisse venir. Elle était si quelconque, si peu féminine ! Presque laide, permanentée comme un caniche et camouflée derrière des lunettes passées de mode depuis vingt ans, il l’avait tout de suite classée parmi les bonnes copines, les filles gentilles qui feraient tout pour être appréciées, en particulier de ses collègues masculins. Les filles ambitieuses et les salopes manipulatrices jouaient forcément sur le charme et la séduction, il l’avait lu partout. Connerie ! Connerie ! Connerie ! Elle était moche, mais elle n’avait peur de rien, surtout pas de lui, l’analyste senior dont elle visait le poste. Elle l’avait probablement obtenu aujourd’hui même ; le patron ne l’avait pas cru lorsqu’il avait hurlé dans la salle de conférence que « cette malade, cette pétasse avait volé son rapport et ne lui avait laissé que des chiffres vides de sens sur sa clé USB ». Non seulement M. Durant ne l’avait pas cru, mais en plus, il n’avait pas hésité à le traiter, lui, de misogyne, ce qui était quand même un comble pour un type avec qui les femmes refusent de travailler porte fermée.
 
Il respire un peu moins vite, il n’a plus envie de pleurer. Il a perdu, il l’admet. Elle avait tout prévu, tout planifié. Brillante petite perverse. Il branche son iPhone sur les haut-parleurs, met le volume à fond et alors qu’il sort du parking, il chante à tue-tête « Oups, I did it again ». Il se trémousse sur son siège et hurle à s’en faire péter les tympans. Il se fout du regard atterré du directeur des Finances derrière le volant de sa porche Cayenne, il respire sa liberté, il  ose encore chanter dans sa voiture ! Il n’a finalement qu’un seul regret ; avoir refuser le café que lui avait proposé la stagiaire de Durant.

 

>