les minuscules

 

La transparence

 

Elle marche d’un bon pas. Pressée, on l’attend, un homme probablement. Elle, elle impressionne, elle intimide. Pourtant, elle n’est pas d’une beauté évidente, la génétique l’a faite quelconque. La jeunesse, qui donne si souvent une illusion de joliesse, n’y est pour rien, cette femme qu’on imagine banquière ou cadre supérieure dans une multinationale a déjà entamé la quarantaine. Cette séduction qui émane d’elle, cet attrait que tous les passants ont ressenti, cette aisance qui nous aimante, tout cela n’est que travail. Un petit corps tonique, entretenu par une pratique intensive du yoga et un régime perpétuel. Des cheveux ondulés et teints par une main experte et puis les sandales assorties au sac à main. Le petit haut serré sur des seins tenus bien hauts par les exercices et la lingerie de prix. Tout est contrôle. Tout. Sauf le rayon de soleil qui révèle une très légère transparence. Un slip. Un slip qui découvre le rebondi, rien de plus. Un slip qui laisse deviner la douceur. Un slip qui dévoile la vulnérabilité. D’une fesse. D’une femme.

 

<

<