les minuscules

 

Le musée

 

Fantasques, drôles, étranges, ridicules. Les œuvres du musée d’art contemporain. Aujourd’hui, c’est une rétrospective et c’est dimanche. Des enfants courent, crient dans le musée et des gardiens-étudiants à peine plus âgés qu’eux les poursuivent. On ne touche pas ! Non, c’est interdit, non, pas avec les doigts ! La machine pour se laver les mains, on ne s’y lave pas les mains. Dans les sacs-poubelle, on ne jette rien, pas même son ticket d’entrée. Les portes peuvent éventuellement s’ouvrir, mais pas se claquer. Et sur le sable jaune, pas de châteaux. Mais tous ces dès arrangés dans un grand cercle à même le sol, tous ces petits cubes multicolores, tous ces petits appels à jouer sont trop provocants. Irrésistibles. Les gamins les tripotent, on hurle. Ils se cachent, distraient les cerbères, rient sous cape et s’enfuient, laissant l’œuvre un peu, juste un peu décoiffée. Étrange. Étrange ce lieu où l’on crie après les meilleurs visiteurs, ceux qui comprennent. Ceux qui voient de la vie où d’autres n’imaginent que de l’art.

 

<

>